L’océan Indien est ici comme dans le sud, assez difficile parfois. Moins sportif, nous avons cette fois eu l’occasion de plonger depuis le port de Durban, à côté de la marina et depuis le fond du port de commerce qui est gigantesque à l’image de la ville, environ 10 millions d’habitants.

De nombreux sites de plongées sont cette fois disponibles à plus ou moins grandes profondeurs. De nombreuses épaves, dans une eau à 20 degrés, en hiver, car pour les métropolitains, je rappelle que de mai à novembre, dans l’hémisphère sud, nous sommes en hiver. Pas de pluie, du vent et saison froide, pour les personnes tropicalisées.

La faune et la flore sous-marine sont plus présentes, et pour la première fois, pas de requins. Du moins sur les 3 sites plongés à Durban. Sur d’autres, il y a de grandes chances qu’ils soient présents. Les 2 plongées sur épaves se sont déroulées depuis des bateaux de pêches au gros, aménagés également pour la plongée. Porte bouteilles, plage arrière et échelle de remontée simple, non perroquet.

Deux plongées sont possibles dans la matinée, cette fois sans retour à la plage ou au port, l’équipement nécessaire est embarqué, ainsi que des rafraichissements et de la nourriture qui aident bien à supporter le froid dû en particulier au vent assez fort.

Deux belles plongées, toutes les deux à moins de 30 mètres, pas de courant, une eau plutôt verte mais une visibilité correcte.

Equipage, Capitaine et skipper sont excellents. Si vous le désirez, comme à chacune des plongées effectuées ici, l’équipage ou le skipper vous aident à vous équiper et vous déséquiper.

Personnellement ce n’est pas dans mes habitudes, mais vous avez le choix, c’est très appréciable.

Briefing parfait, simple et compréhensible malgré mon anglais plus que perfectible. Quelques différences sur certains signes et habitudes, comme dans de nombreux autres pays.

Un grand remerciement à Durban Green Corridor, Dive Durban et Dean qui ont organisé ces plongées avec un sérieux et un professionnalisme hors du commun.

Les images, étant donnée les conditions de mer et la visibilité ont été plus difficiles. Néanmoins, les fonds sont loin d’être désertés, Poisson Crocodile, Ptéroïs, Poisson Pierre, Murène Tatouée et j’en passe.

T Barge, 28 mètres, ambiance épave. Une barge surmontée d’une grue coulée à plat sur fond sablonneux. Nombreuses langoustes, Platax, Ptéroïs et autres habitent cet endroit.

De nombreuses cachettes pour découvrir les habitants. Très belle plongée, effectuée au Nitrox pour une partie des plongeurs, à l’air pour d’autres, c’est votre choix.

Photo ci-dessus, une partie de la grue de la barge.

En résumé pour cette semaine de 5 jours, 3 plongées, conditions de mer pas top, plongeable pour des plongeurs habitués.

Quelques informations importantes sur la plongée en Afrique du sud pour les francophones, habitués à plonger dans des clubs français.

Ici une seule sortie sur les bouteilles, merci Dean de m’avoir fourni une 15 litres avec 2 sorties, mais la règle ici est plutôt 12 litres gonflé à 230. Fin de plongée à 70 b. ou début des paliers. Je précise quand même que tous les plongeurs sont munis d’octopus, mais sur une seule araignée. Sortie Din ou étrier à votre convenance.

Sur les bateaux semi-rigides utilisés la plupart du temps, pas de sac ou malle de plongée. Juste vos palmes, masques et caméra éventuellement.

La sécurité est loin d’être négligée, briefing du moniteur ou guide de palanquée et du skipper.

Bon, prochaine semaine et dernière, hélas, le Sodwana, dans le nord de Durban, totalement différent, température et conditions de visibilité, un must ici en Afrique du Sud.

Suivez nous nombreux sur Dive Durban et Durban Green Corridor. Question et suggestions sont les bienvenues, en Français, en Portugais, en Allemand et en Anglais.

Plongeurs francophone à la recherche de destinations surprenantes, à bientôt.

Follow us on Instagram

    Follow us on Facebook

    Go to top